Archives pour la catégorie Cape Town

Poulailler téléscopique & Vagues scélérates

Arrivé à Cape Town, Nomade des Mers n’aurait surement pas passé le contrôle technique. 3 cloisons fissurées, le poulailler branlant, une pièce défoncée à l’avant… On a passé une semaine à bricoler, manger, bricoler, manger… On a maintenant un bateau et un moral taillés pour braver des tempêtes. En plus le fameux skipper Yvon Fauconnier nous a rejoint à bord pour nous guider jusqu’à Madagascar. Et grande nouveauté : un poulailler télescopique. En cas de mauvais temps on peut le refermer comme le nid des marsupilamis. Elles ont même une « sable de bain » flambant neuve (une poule se nettoie dans le sable, on dit qu’elle « s’ébroue »). Elles ont eu la chance de voir des otaries faire des sauts à quelques mètres d’elles. Malgré leur attitude je-m’en-foutiste-rien-ne-m’étonne-depuis-que-j’ai-vu-des-baleines, je pense que cette rencontre les a marquées.

Pour être efficaces dans cette étape rapide en Afrique du Sud nous avons monté la stratégie « Blitzkrieg » : Elina, Louis-Marie et Hugo sont partis par la terre à la découverte des low-tech du pays, pendant qu’avec Yvon et Clément nous faisons le tour par la mer avec le bateau. Rendez-vous à Durban autour du 12 novembre. On a largué les amarres jeudi. Yvon connait bien ce coin qui peut être sportif. C’est ici qu’il y a l’une des plus fortes densités au monde de vagues scélérates. Comme son nom l’indique la vague scélérate n’est pas sympa. Elle est beaucoup plus haute que les autres et très verticale comme un mur d’eau gigantesque. Les conditions qui les font apparaitre sont les vagues croisées, les courants forts et les tempêtes. Ici tous ces paramètres sont souvent rassemblés. Ces scélérates peuvent faire plus de 30 mètres de haut dans les cas extrêmes et des forces pour lesquels même les cargos ne sont pas dimensionnés. De quoi télescoper le nouveau poulailler…

Mais pour l’instant c’est sans encombre que nous avons passé le Cap de Bonne Espérance, puis le Cap des Aiguilles. Bonne Espérance est le plus connu. Après avoir été nommé « cap des tempêtes » il a été renommé pour donner espoir aux marins sur la route des Indes. Mais c’est le Cap des Aiguilles qui est le point le plus Sud de l’Afrique et la séparation entre l’Océan Atlantique et Indien. A nous l’eau chaude et les tropiques, la serre va exploser de verdure !

En attendant nous optimisons les low-tech embarquées : la dernière version de  l’éolienne que nous avons conçue à Dakar tourne à fond (la vidéo tuto sera bientôt en ligne). Les nouveaux systèmes  d’hydroponie sont quasiment prêts à recevoir les plants semés après la tempête. Le nouveau process mis en place pour l’élevage des ténébrions est maintenant bien rodé. Les poules participent à une grande expérience de recherche pour notre compost. Plus de détails dans le prochain épisode….

Corentin

Bienvenue à Yvon !

Notre nouveau skipper a embarqué sur le Nomade des Mers !
Yvon c’est le doyen de l’équipe et forcément un CV à couper le souffle ! Les grandes lignes de son aventure :

  • En 1982, c’est la Route du Rhum, où il est arrivé 8ème avec un petit trimaran de 15 mètres.
  • En 1984, C’est la course Ostar qu’il entreprend, une course transatlantique en solitaire sur le même trimaran.

Bien sûr, de nombreuses autres navigations, en course mais aussi du charter durant 12 ans. En quelques chiffres Yvon c’est :

  • 16 traversées de l’Atlantique
  • 5 traversées du Pacifique
  • 2 traversées de l’Océan Indien.

Sa plus grosse peur en mer :
Une grosse tempête, atteignant 65 nœuds de vent, en solitaire, sur un 40 mètres à trois mats dans l’Atlantique Nord.

Son plus beau souvenir de navigation :
l’Océanie sur un grand bateau !

Ses meilleures lectures :
– La série de romans d’aventure d’Alvaro Mutis.
– Le livre de Joseph Conrad ; Au cœur des ténèbres.

Pourquoi il nous accompagne dans le projet ?
Les prochaines navigations s’annoncent difficiles mais surtout Yvon est convaincu que des transitions écologiques sont indispensables. Ça tombe bien, les nomades aussi ! Et oui, les low-tech répondent à
la fois à un besoin sociétal mais ce sont aussi des solutions aux défis environnementaux. Yvon utilise donc des low-tech chez lui. Il a un compost et un potager qui lui permettent d’être un peu plus autonome face au marché économique.

Fitness

Voilà trois jours que nous sommes arrivés en Afrique du sud. Nous avons atterri au Cap et comme toujours dans ces cas là le changement brusque de rythme nous fait perdre nos bonnes habitudes du bord. Parmi celles-ci les nouvelles journalières. Donc voici un petit résumé des derniers jours.

« Terre en vue ! »

C’est jeudi matin au lever du soleil que nous avons aperçu les côtes de l’Afrique du sud. Cependant, la météo n’était pas pressée de nous faire arriver. A bord nous étions aussi partagés. D’un côté le rythme du bord que nous avions mis en place était bien agréable et nous avions encore beaucoup à faire au niveau de nos objectifs low-tech. Bien de quoi refaire un aller-retour à Rio… De l’autre, l’impatience de découvrir ce que nous réserve l’Afrique du Sud et Cape Town. Les considération d’ordre du confort était aussi présente mais venaient en second. Plusieurs bonnes surprises ont fait basculer la balance du côté de la joie d’arriver. Tout d’abord une belle bonite qui se jette sur notre ligne (seule prise de la traversée). Ensuite quelques Dauphins et surtout un défilé d’otaries! Plus nous approchions et plus le paysage de la montagne de la table se précisait, plus la faune était présente et accueillante. Pour arriver en beauté le vent a fini par se lever et nous avons envoyé le spi. C’est finalement en fin de journée que Louis-Marie nous accueillait aux pontons du centre ville. Dernier clin d’œil à nos âmes d’aventurier, nous sommes voisins de ponton de Mike Horn, grand aventurier sud-africain.

Depuis le programme est simple : remise en forme ! De l’équipage tout d’abord. Ce n’est pas que nous ayons manqué de provisions à bord, mais depuis notre arrivé nous mangeons comme quatre. La douche journalière est une bénédiction, avec eau chaude ! Nous reprenons aussi les footings et les étirements avec plaisir. Remise en forme du bateau aussi, nous comptons faire escale encore 4 jours pour finir de réparer ce que nous ne pouvions pas faire pendant la navigation. C’est aussi l’occasion d’un grand nettoyage bien nécessaire. Côté Low-tech embarquées, le réaménagement de l’hydroponie avait déjà été bien entamé par Corentin. Nous allons maintenant nous atteler à la salle des insectes (objectif : passer de 2 à 5 familles) et au magasin (objectif : avoir un magasin digne de ce nom). Un projet de nouveau poulailler est aussi en réflexion. En parallèle Elina, Hugo et Louis-Marie sont déjà en train de partir à la chasse au low-tech locales qui va les mener vers de nouvelles découvertes…

Clément