Archives pour la catégorie Escales

Vie de Mousse

C’est un secret pour personne, je suis le moins expérimenté à bord. C’est vrai que face au curriculum d’Yvon et Corentin peu font le poid, mais avec mes deux uniques aller-retour aux Glénans même les poules ont plus de miles au compteur. C’est donc avec un mélange d’excitation et d’appréhension que je quitte Durban dimanche matin. On m’avait prévenu qu’il fallait deux jours environs pour s’amariner, c’est le cas. Le bateau file à 7 nœuds de moyenne avec un vent de travers sur une mer assez formée. Mes tripes ont tiennent bon, mais impossible de lire, d’écrire ou de me concentrer sur quoique ce soit, alors quand mon quart n’exige pas que je sois sur le pont, je suis dans ma banette, je dors ou j’écoute de la musique. Peu à peu la frustration de ne rien pouvoir faire laisse place au bonheur de gouter à cette oisiveté oubliée depuis mon entrée dans la vie active. La vie à bord est douce, Corentin jongle avec une habileté déconcertante entre bricolage et manœuvres sous le regard d’Yvon, haussant parfois les sourcils face aux méthodes peu orthodoxes du capitaine. Hugo et Elina se croisent au rythme de leur relève de quart et se chamaillent gentiment comme si ils étaient d’une même fratrie.

Depuis mardi ça va beaucoup mieux et l’ex-parisien hyperactif que je suis s’est plié au rythme lent de la navigation. Il faut dire que le vent a refusé (arrive petit à petit de face) tout en mollissant. Nous filons donc maintenant au près (presque face au vent) à 3 nœuds. Un coup de pétole nous même accordé le privilège de piquer une tête au beau milieu de l’océan. Entre temps, les quarts me permettent d’admirer la pleine lune et le soleil du petit matin. C’est précieux de pouvoir laisser son esprit vagabonder pendant deux heures sans interruptions, sans internet, ni facebook.

Nous profitons du temps disponible pour faire le bilan de l’escale en Afrique du Sud : 2 low-tech documentées, 5 présentations dont ont profité 130 personnes, 1 atelier, 1 compétition low-tech sur l’éclairage avec Schneider Electric à Johannesburg, 2 ambassadeurs recruté ainsi qu’une structure relai. On a pas chômé ! Nous commençons également à organiser l’escale suivante : destination Tuléar, ville principale du sud du pays qui dans notre cas porte bien son nom. Il proviendrait d’une phrase répondue par un Malgache à un marin cherchant où accoster : « Toly eroa ! » (Mouillez là-bas !). Nous allons y étudier la spiruline (cette micro-algue très nutritive que Corentin et Elina bichonnent à bord) auprès de l’entreprise Equitalgue et de LA spécialiste de la région, la docteur Vola. Autre particularité du coin, à 37km au sud de la ville vivent les « Vezo », une ethnie de pêcheurs que l’on surnomme les « nomades de la mer », alors forcément, ça attise notre curiosité.

Nous devrions arriver à Tuléar d’ici dimanche, hâte de relancer la machine et de découvrir ce nouveau pays. Mais en attendant je continue à profiter de cette nouvelle vie de mou(sse).

Louis-Marie

Miss monde, omelette et fruits sec

Salut à vous,

Cap sur Madagascar! L’escale à Durban était rapide. Ville pas très sexy. Mis à part le fait que Miss Monde 1959 était Durbanaise, c’est l’un des plus gros ports d’Afrique, 3.5 millions d’habitants, forte criminalité – il ne faut pas s’y risquer la nuit.

Nous avons débarqué Clément, équipier super efficace qui nous a accompagné depuis Rio et à qui on doit nos superbes volets de serre embruns-proof sur charnières inox. Puis nous avons ré-embarqué Elina, Louis-Marie et Hugo après leur tour fructueux à la recherche des low-tech d’Afrique du Sud.

LA nouvelle extraordinaire de la semaine vient du poulailler. Elles pondent à nouveau tous les jours !!! Ce n’était pas arrivé depuis la tempête de l’Atlantique Sud il y a plus d’un mois. Malgré tous nos efforts pour améliorer leurs conditions de vie et de travail, les négos avec le syndicat restaient tendues et stériles. J’avais entendu dire que mettre un oeuf dans le nid les stimulait. Il y a une semaine j’ai donc posé un gros oeuf Sud Africain daté du jour bien en évidence dans le poulailler. De quoi les rendre jalouses. Mais le lendemain il avait été piétiné, le jaune répandu dans la paille. Un signe évident de provocation. Alors pourquoi ce changement brutal? Avec les histoires de ponte il faut remonter 10 jours en arrière, car c’est le moment où l’oeuf commence à se former dans le ventre de la poule. Or 10 jours -jour pour jour- avant ce premier oeuf nous avons célébré l’inauguration du nouveau poulailler téléscopique ! Je peux vous dire que j’en suis très fier, tel une Valérie Damidot de la basse-cour. La paix est donc revenue dans l’équipage. En ce moment nous les faisons participer à une expérience. Nous avons mis un bac dans le poulailler où nous jetons nos déchets organiques. Elles y mangent ce qui leur plait, grattent et remuent le tout et y apportent des fientes. Chaque semaine nous vidons ce contenu dans le compost, pour que les vers et les champignons continuent à dégrader la matière jusqu’à la transformer en délicieux compost. En théorie cette contribution des poules devrait accélérer le compostage et l’enrichir d’azote.

Il y a quelques mois nous avons organisé un challenge low-tech avec l’entreprise Leroy-Merlin. C’est l’équipe « Pimp my Fridge » qui l’avait remporté avec son système de conservation des fruits et légumes. En ce moment nous testons leur déshydrateur solaire. L’idée est de conserver nos fruits et légumes en gardant le maximum de leurs propriétés nutritives. Cette low-tech nous intéresse car on estime que dans le monde 45% des fruits et légumes produits sont perdus! Une des techniques de conservation est de retirer l’eau de l’aliment. Une fois sec, il n’intéresse plus les bactéries, champignons et autres micro-organismes.

Pour ça il y a 2 voies connues :

  • la lyophilisation : il faut congeler l’aliment entre -40 et -80 degrés pour transformer son eau en glace, puis faire passer cette glace directement à l’état gazeux (« sublimation ») à base température. L’aliment devient sec et poreux comme une éponge, il se conserve donc longtemps et se réhydrate vite quand on lui ajoute de l’eau. Mais ce procédé est difficile à reproduire dans notre monde low-tech.
  • le séchage : procédé utilisé depuis toujours, il s’agit de sécher l’aliment entre 35 et 65 degrés pour éliminer le principal de son eau en gardant au maximum ses propriétés nutritives. C’est cette technique qu’a utilisée l’équipe Pimp my Fridge.

Notre déshydrateur est composé de 2 chambres : l’une vitrée et exposée au soleil permet de chauffer l’air, qui passe dans la 2eme chambre où les tranches de fruits et légumes sont étalés sur des grilles, avant de s’évacuer par une ouverture. La semaine dernière je l’ai testé sous un ciel couvert. Echec cuisant (c’est une expression). Mais le soleil est de retour, nous relançons donc les essais avec des tranches de banane, champignons et pommes. Résultats à suivre.

Nous devrions atteindre Madagascar d’ici 3 jours. Nous avons hâte de découvrir cette île qui parait être le pays de la débrouille et du système D!

Vive les low-tech.

Corentin

Poulailler téléscopique & Vagues scélérates

Arrivé à Cape Town, Nomade des Mers n’aurait surement pas passé le contrôle technique. 3 cloisons fissurées, le poulailler branlant, une pièce défoncée à l’avant… On a passé une semaine à bricoler, manger, bricoler, manger… On a maintenant un bateau et un moral taillés pour braver des tempêtes. En plus le fameux skipper Yvon Fauconnier nous a rejoint à bord pour nous guider jusqu’à Madagascar. Et grande nouveauté : un poulailler télescopique. En cas de mauvais temps on peut le refermer comme le nid des marsupilamis. Elles ont même une « sable de bain » flambant neuve (une poule se nettoie dans le sable, on dit qu’elle « s’ébroue »). Elles ont eu la chance de voir des otaries faire des sauts à quelques mètres d’elles. Malgré leur attitude je-m’en-foutiste-rien-ne-m’étonne-depuis-que-j’ai-vu-des-baleines, je pense que cette rencontre les a marquées.

Pour être efficaces dans cette étape rapide en Afrique du Sud nous avons monté la stratégie « Blitzkrieg » : Elina, Louis-Marie et Hugo sont partis par la terre à la découverte des low-tech du pays, pendant qu’avec Yvon et Clément nous faisons le tour par la mer avec le bateau. Rendez-vous à Durban autour du 12 novembre. On a largué les amarres jeudi. Yvon connait bien ce coin qui peut être sportif. C’est ici qu’il y a l’une des plus fortes densités au monde de vagues scélérates. Comme son nom l’indique la vague scélérate n’est pas sympa. Elle est beaucoup plus haute que les autres et très verticale comme un mur d’eau gigantesque. Les conditions qui les font apparaitre sont les vagues croisées, les courants forts et les tempêtes. Ici tous ces paramètres sont souvent rassemblés. Ces scélérates peuvent faire plus de 30 mètres de haut dans les cas extrêmes et des forces pour lesquels même les cargos ne sont pas dimensionnés. De quoi télescoper le nouveau poulailler…

Mais pour l’instant c’est sans encombre que nous avons passé le Cap de Bonne Espérance, puis le Cap des Aiguilles. Bonne Espérance est le plus connu. Après avoir été nommé « cap des tempêtes » il a été renommé pour donner espoir aux marins sur la route des Indes. Mais c’est le Cap des Aiguilles qui est le point le plus Sud de l’Afrique et la séparation entre l’Océan Atlantique et Indien. A nous l’eau chaude et les tropiques, la serre va exploser de verdure !

En attendant nous optimisons les low-tech embarquées : la dernière version de  l’éolienne que nous avons conçue à Dakar tourne à fond (la vidéo tuto sera bientôt en ligne). Les nouveaux systèmes  d’hydroponie sont quasiment prêts à recevoir les plants semés après la tempête. Le nouveau process mis en place pour l’élevage des ténébrions est maintenant bien rodé. Les poules participent à une grande expérience de recherche pour notre compost. Plus de détails dans le prochain épisode….

Corentin

Bienvenue à Yvon !

Notre nouveau skipper a embarqué sur le Nomade des Mers !
Yvon c’est le doyen de l’équipe et forcément un CV à couper le souffle ! Les grandes lignes de son aventure :

  • En 1982, c’est la Route du Rhum, où il est arrivé 8ème avec un petit trimaran de 15 mètres.
  • En 1984, C’est la course Ostar qu’il entreprend, une course transatlantique en solitaire sur le même trimaran.

Bien sûr, de nombreuses autres navigations, en course mais aussi du charter durant 12 ans. En quelques chiffres Yvon c’est :

  • 16 traversées de l’Atlantique
  • 5 traversées du Pacifique
  • 2 traversées de l’Océan Indien.

Sa plus grosse peur en mer :
Une grosse tempête, atteignant 65 nœuds de vent, en solitaire, sur un 40 mètres à trois mats dans l’Atlantique Nord.

Son plus beau souvenir de navigation :
l’Océanie sur un grand bateau !

Ses meilleures lectures :
– La série de romans d’aventure d’Alvaro Mutis.
– Le livre de Joseph Conrad ; Au cœur des ténèbres.

Pourquoi il nous accompagne dans le projet ?
Les prochaines navigations s’annoncent difficiles mais surtout Yvon est convaincu que des transitions écologiques sont indispensables. Ça tombe bien, les nomades aussi ! Et oui, les low-tech répondent à
la fois à un besoin sociétal mais ce sont aussi des solutions aux défis environnementaux. Yvon utilise donc des low-tech chez lui. Il a un compost et un potager qui lui permettent d’être un peu plus autonome face au marché économique.

Fitness

Voilà trois jours que nous sommes arrivés en Afrique du sud. Nous avons atterri au Cap et comme toujours dans ces cas là le changement brusque de rythme nous fait perdre nos bonnes habitudes du bord. Parmi celles-ci les nouvelles journalières. Donc voici un petit résumé des derniers jours.

« Terre en vue ! »

C’est jeudi matin au lever du soleil que nous avons aperçu les côtes de l’Afrique du sud. Cependant, la météo n’était pas pressée de nous faire arriver. A bord nous étions aussi partagés. D’un côté le rythme du bord que nous avions mis en place était bien agréable et nous avions encore beaucoup à faire au niveau de nos objectifs low-tech. Bien de quoi refaire un aller-retour à Rio… De l’autre, l’impatience de découvrir ce que nous réserve l’Afrique du Sud et Cape Town. Les considération d’ordre du confort était aussi présente mais venaient en second. Plusieurs bonnes surprises ont fait basculer la balance du côté de la joie d’arriver. Tout d’abord une belle bonite qui se jette sur notre ligne (seule prise de la traversée). Ensuite quelques Dauphins et surtout un défilé d’otaries! Plus nous approchions et plus le paysage de la montagne de la table se précisait, plus la faune était présente et accueillante. Pour arriver en beauté le vent a fini par se lever et nous avons envoyé le spi. C’est finalement en fin de journée que Louis-Marie nous accueillait aux pontons du centre ville. Dernier clin d’œil à nos âmes d’aventurier, nous sommes voisins de ponton de Mike Horn, grand aventurier sud-africain.

Depuis le programme est simple : remise en forme ! De l’équipage tout d’abord. Ce n’est pas que nous ayons manqué de provisions à bord, mais depuis notre arrivé nous mangeons comme quatre. La douche journalière est une bénédiction, avec eau chaude ! Nous reprenons aussi les footings et les étirements avec plaisir. Remise en forme du bateau aussi, nous comptons faire escale encore 4 jours pour finir de réparer ce que nous ne pouvions pas faire pendant la navigation. C’est aussi l’occasion d’un grand nettoyage bien nécessaire. Côté Low-tech embarquées, le réaménagement de l’hydroponie avait déjà été bien entamé par Corentin. Nous allons maintenant nous atteler à la salle des insectes (objectif : passer de 2 à 5 familles) et au magasin (objectif : avoir un magasin digne de ce nom). Un projet de nouveau poulailler est aussi en réflexion. En parallèle Elina, Hugo et Louis-Marie sont déjà en train de partir à la chasse au low-tech locales qui va les mener vers de nouvelles découvertes…

Clément

Escale à Rio : Un Carnaval de Low-Tech et de rencontres.

Un écrin meurtri :

Jurujuba (c) GoB

Rio de Janeiro, signifie « rivière de janvier » en portugais, car c’est par un mois de janvier que les colons portugais sont entrés pour la première fois dans l’écrin de la baie de Guanabara. Surnommée « cidade maravilhosa » par les brésiliens c’est sans peine que nous comprenons pourquoi en imaginant béats la tête qu’ont du faire les premiers hommes qui ont découvert ce cadre naturel. Une baie immense, encadrée par des langues de terre desquelles jaillissent des dômes de verdures couverts de jungles, havres de macaques et toucans. C’est au mois d’août que nous sommes arrivés, en plein dans l’effervescence des jeux olympiques, la ville vibrait d’autant plus. Une fois le regard décroché des monolithes arborés, il s’arrête sur les buildings qui poussent à leurs pieds avant de plonger dans les eaux sur lesquelles nous voguons. Troubles, nous apprenons vite qu’il ne vaut mieux pas s’y baigner et que même si elles abritèrent jadis baleines et tortues marines nous ne pouvons en faire usage avec notre dessalinisateur. La baie de Guanabara souffre en effet de la pollution que lui inflige la cité qu’elle accueille. De nombreux quartiers de Rio n’ont pas de système de traitement des eaux usées, qui finissent leur cycle chargées de saletés dans la rade. Chaque pluie draine également dans ces eaux les déchets plastiques négligemment laissés de côtés. C’est sans compter enfin l’impact des industries qui ont pris place à part au fond du golfe. Ce constat nous affecte et nous décidons qu’il faudra partir à la recherche de low-tech permettant de lutter contre la pollution plastique.

Le Nomade des Mers trouve ainsi sa place face à Rio, à Niteroi, dans la baie de Jurujuba, paisible quartier de pêcheurs et conchyculteurs. C’est là que le champion olympique de voile Torben Grael et son frère Axel ont décidé de monter il y a quinze années une école de voile singulière qui nous accueillera chaleureusement : le Projet Grael.

Projet Grael (c) GoB

Une école de voile citoyenne :

Révéler une mer d’opportunités, promouvoir une vague d’inclusion, inspirer un vent de citoyenneté et rêver d’un monde juste et durable. C’est à ces mots que le visiteur du site internet du Projet Grael. est accueilli et en s’y rendant physiquement on réalise que ce n’est pas des paroles en l’air. En effet le projet Grael est bien plus qu’une école de voile, c’est tout un projet éducatif basé sur 3 piliers :

Sport :
Activité première du programme, c’est surtout un moyen d’attirer les jeunes à suivre ces cours gratuits, financés par la municipalité, et donc accessibles à tous. De nombreux fils et filles des pêcheurs de Jurujuba suivent les formations.

Professionnel :
Entre les virements de bords et empennages les jeunes suivent aussi des formations allant de l’initiation au véritable certificat professionnel sur les métiers du nautisme : mécanique, menuiserie, composite…

Environnement :
Valeur forte aux yeux des fondateurs, le respect de l’environnement est inculqué à tous. Cela commence par une meilleure connaissance de l’écosystème dans lequel ils évoluent et s’amusent. Car quand on commence à connaître et aimer la mer on a plus de chance de la respecter ensuite. Les élèves sont donc impliqués dans des opérations comme le nettoyage des plages, auquel nous avons aussi participés. Projet environnemental principal du Projet Grael : Aguas Limpas. En partenariat avec la municipalité de Niteroi, le projet Grael s’est équipé d’un bateau collecteur de déchets qui part tous les jours récupérer les déchets flottant. Grâce un logiciel prenant en compte la météo et les courants, ils sont capable d’estimer où se trouvera la plus forte concentration de déchets et d’y envoyer le bateau.

Aguas Limpas Projeto Grael

Leur but est ainsi de former non seulement des champions de la mer, mais aussi des champions de la vie.

C’est naturellement que le Nomade des Mers y a trouvé sa place. Nous avons donc pu présenter notre projet aux 250 élèves, qui ont tous, par groupes de 10 visités le bateau. Les visites ont suscité de nombreuses questions évoluant de basiques : « Comment faites-vous pour vous laver ? » à techniques :« Quel est le rendement de l’éolienne ? » en fonction de l’âge des visiteurs, avec toutefois un certains mutisme de la part des adolescents. Toutes se conclurent par une dégustation d’insectes, qui firent l’unanimité malgré les réticences initiales, en déclenchant éclats de rire ou de dégout. Etre au contact des élèves nous a permis aussi de partager avec eux nos découvertes lors d’ateliers. Les voilà maintenant formés à l’utilisation de la fibre de jute et à la construction d’éoliennes. La relève low-tech carioca est assurée.

 

A la conquête de Rio :

Grâce à une base arrière solide nous nous sommes lancés à la conquête de Rio, à la recherche de solutions low-tech au problème du plastique, mais également d’alliés pour diffuser notre message. Nous poussons rapidement la porte de Goma, un espace de coworking géré collectivement par les entreprises qui y travaille et le possède. Nous y faisons la rencontre de Manuela Yamada et Bruno Temer co-fondateurs de Materia Brasil, une agence de Design responsable très engagée sur les matériaux durables et le recyclage. Bruno a récemment monté un projet en partenariat avec le WWF. En s’inspirant d’une machine open source permettant de recycler le plastique, il a développé un module fabriquant des répliques du Christo Redemptor à partir de déchets plastiques. Mis à la disposition des habitants de la favela de Cosme Velho, sur le flanc du Corcovado, ce système leur permet de générer plus de valeur en vendant les répliques aux touristes plutôt que de rapporter le plastique au recycleur. En voilà une solution créative !

Nous sommes ensuite amenés à rencontrer Gilberto Veira. Gilberto travaille pour le Fablab carioca Olabi, au sein duquel nous ferons une conférence. Engagée dans l’inclusion des populations des favelas, Olabi a monté avec l’association Observatorio de Favelas un tiers-lieux en plein cœur de la favela « non-pacifiée » de Maré. Nous décidons très vite d’organiser là-bas, avec les jeunes du quartier, un atelier autour du recyclage plastique. Grâce à un outil low-tech : l’effileuse plastique, un fil résistant peut être produit à partir de bouteilles plastiques. Sous l’effet de la chaleur celui-ci se rétracte, tenaillant instantanément la prise qu’il encercle. Il ne reste plus qu’à laisser libre court à sa créativité. Ainsi à l’issue de l’atelier une chaise a été réparée, des raquettes de ping-pong sont garnies de nouveaux manches ergonomiques et une charrette de vélo a été construite.

Nos rencontres nous amènerons aussi à présenter le projet devant des publics variés. Etudiants et professeurs de design à l’université PUC, mais aussi promeneurs et curieux lors d’une intervention publique sur la place Cinélandia, en plein cœur de Rio de Janeiro.

Conférence Cinelandia (c) GoB

Escapade Pauliste :

Comme au Maroc et au Sénégal, nous essayons à chaque escale de rencontrer les collaborateurs locaux de notre mécène Schneider Electric. La succursale brésilienne nous a donc invités à venir les rencontrer à São Paulo. Nous sautons donc sur l’occasion pour contacter le Pauliste Casé Oliveira, fondateur de l’Associaçao Brasiliera dos Criadores de Insetos (Association Brésilienne d’éleveurs d’insectes) précédemment rencontré à Recife. Celui-ci nous avait proposé de découvrir un élevage d’insecte. Le hasard ayant voulu que dans la 7e plus grande ville du monde notre logement réservé à la hâte se trouve dans sa rue nous avons même pu déguster chez lui de délicieux gâteaux aux vers de farines. Au volant de sa Fiat Panda, il nous conduisit à travers Sao Paulo tout en faisant la conversation qu’il entrecoupe régulièrement de « Ok Google », appelant la high-tech à venir combler nos lacunes lusophones. Ensemble nous poussons la porte de Q-Biofabriqua, un élevage d’insecte. Originellement l’entreprise élève grillons et ténébrions pour faire de l’alimentation pour les oiseaux, mais ils réalisent petit à petit qu’il y a un marché pour l’Homme. Sur une surface d’environ 100m² plusieurs centaines de demi-bidons sont soigneusement rangé dans des rayons, à la façon d’une bibliothèque, mais ce ne sont pas des vers de poésie qu’elle contient mais bien des vers de farine, les larves de ténébrions que nous avons à bord. Ricardo, le fondateur de l’entreprise nous partage tous les secrets d’un bon élevage qui seront retransmis dans notre nouvelle vidéo.
Pleins de pistes d’améliorations pour l’élevage du bateau nous reprenons ensuite la route direction le siège brésilien de Schneider Electric.

Nous sommes accueillis par une audience attentive, composée des collaborateurs brésiliens de l’entreprise, mais aussi de nombreux jeunes invités pour l’occasion par la firme. C’est avec eux que nous partageons ensuite les secrets de notre éolienne low-tech sénégalaise. Quelle joie de voir sur leur visage la satisfaction de réaliser qu’ils peuvent facilement construire de leurs mains quelque chose qui leur semblait compliqué il y a quelques heures. Bilan de l’après-midi : 5 éoliennes fonctionnelles et nous l’espérons 10 fois plus de cerveaux éveillés aux low-technologies.

Des visiteurs :

Pendant une semaine, le Nomade des Mers a reçu des visiteurs particuliers : l’équipe de Pimp My Fridge ! Laurie, Julie, Annie, Antoine, Florian et Max. Ils ont rempotés au mois de juin le Hackathon co-organisé par Leroy Merlin et le Low-Tech Lab à Paris. Grâce à un premier prototype de système multi-modal de conservation lowtech des aliments ils ont gagnés leurs billets d’avion pour Rio de Janeiro afin d’installer leur système sur le bateau.

Au bout d’une semaine de bricolage leur nouveau prototype trouve sa place sur le Nomade des Mers. Il s’agit de 4 boîtes remplissant chacune une fonction particulière. La première « sombre et humide » sert à stocker les légumes vert (poivrons, courgettes, herbes aromatiques) et les tomates qui ont besoins d’obscurité fraîche. La deuxième est une boîte spécifique pour les pommes. Responsable du murissement prématuré d’un panier de fruits et légumes il faut les conserver à part. Seules les pommes de terre ne sont pas influencées par leur pouvoir de maturation. Une troisième boîte sert à conserver agrumes, carottes, pommes de terre et oignons à l’obscurité et au sec. Enfin la dernière boîte a deux fonctions : garde-manger et déshydrateur. Combinée avec un réchauffeur d’air, le déshydrateur permet de sécher les fruits et légumes arrivant à maturité pour prolonger leur durée de vie tout en conservant tous leurs bienfaits.

Ainsi après un mois et demi d’escale le Nomade des Mers doit se préparer à repartir. Le bateau s’apprête à affronter les 6000km (ou 3274,3 miles nautiques) qui le sépare de sa prochaine escale : le Cap, en Afrique du Sud. La navigation doit durer 30 jours, mais après cette escale l’équipage n’aura pas le temps de s’ennuyer. Relancer la production d’insectes grâce aux conseils de Ricardo et Casé, améliorer l’éolienne grâce aux retours des ateliers, lancer le tri des déchets à bord et recycler le plastique à bord. Mais heureusement que pour venir à bout de tout cela ils auront des fruits et légumes frais le plus longtemps possible.

Départ Nomade des Mers (c) GoB

ESCALE A RECIFE au Serta, le paradis des low-tech !

“Les technologies ont une âme” Sebastiao Alves

Enfin arrivés au Brésil, après 3 semaines de navigation, le premier pied à terre est savoureux, saveur Caïpirihna au Brésil !

Nomade des Mers au Cabanga Iate Clube (c) Elaine le Floch (GOB)

Tout juste le temps de nous remettre de nos émotions et nous avons été très chaleureusement accueillis par le Cabanga Iate Clube (une des marinas de Récife) et les équipes du SERTA (Servicio de Technologie Alternativa) qui nous ont vite emmenés visiter leurs locaux à Ibimirim (5h de route de Récife vers l’Est, dans la campagne aride du Sertao) et à Gloria Do Goita. Deux paradis des low-tech et bien plus que ça…

Le SERTA est un centre de formation à l’agro-écologie et à la permaculture. Grâce à des subventions  les étudiants peuvent suivre gratuitement un an de cours, à raison d’une semaine par mois, pour se former à ses techniques et mûrir un projet. Les étudiants sont de tout âges et de tout horizons : des citadins en reconversion au agriculteurs qui veulent sortir du système de production « toxique » habituel.
La permaculture est une méthode de conception d’écosystèmes pour les habitats humains ou les exploitations agricoles en s’inspirant de la nature et de ses équilibres. Ainsi il n’y a pas une technique en particulier mais il s’agit plutôt d’un mode d’action qui s’adapte à chaque territoire et ses contraintes.

La Permaculture :

Les 5 zones

Zones de permaculture

L’une des méthodes de conception d’un espace de permaculture autonome qui revient souvent est la théorie des 5 zones, dont l’organisation (ici représentée par des cercles concentriques) est en fait très flexible et adaptable aux environnements et besoins de chacun.
– La maison est la zone 0.
– Autour, la zone 1 est celle où l’on produit ce qui demande une attention quotidienne (lapins, légumes, arbustes fruitiers, plantes médicinales, compost, biogaz),
– La zone 2 est dédiée à l’élevage (poules, cochons), aux ruches, aux légumes à cycle longs et aux arbres fruitiers qui demandent d’être irrigués,
– La zone 3 est celle de l’agriculture et du cheptel (vaches, moutons), – La zone 4 est une zone en partie administrée par l’Homme mais qui reste sauvage où l’on pourra récolter du bois et des baies sauvages.
– La 5ème zone est laissée complètement naturelle, l’Homme ne doit pas y intervenir, il peut simplement y aller pour se ressourcer et observer.

Rien ne se perd :

Un autre grand principe de la permaculture est la notion d’écosystème, de cycle naturel où tout à un rôle, rien ne se perd. Les déchets organiques sont par exemples des ressources précieuses pour faire du compost (grâce à un lombricompost) ou du biogaz. Les excréments de cochons ou vaches sont en effet récupérés pour être mis à fermenter afin d’en extraire le méthane qui est ensuite utilisé comme combustible pour cuisiner. Le surplus sert ensuite d’engrais pour les plantes.

A l’école du SERTA

Conduit par trois grandes figures, Abdalaziz de Moura le philosophe, Roberto (Antonio Roberto Fereira) et Sebstiao (Sebastiao Alves), les inventeurs géniaux et professeurs, le SERTA développe une pédagogie très spéciale, où chacun apprend par lui-même et librement. Après une dizaine de jours ensemble nous comprenons que bien plus qu’un centre de formation, le SERTA a une vision et une mission beaucoup plus vaste.

Par la permaculture, ils cherchent à répandre un modèle de développement d’écosystèmes cohérents, en intelligence avec la nature et les besoins humains. Toutes les technologies doivent donc s’inscrire dans un contexte qui justifiera leur pertinence. 

Le développement de tels écosystèmes nécessitant un niveau conscience et de convictions fort, le rôle du SERTA est donc d’ aider les élèves à trouver par eux-mêmes des réponses à leurs questionnements. Plus que des connaissances ou des solutions techniques il s’agit surtout de se trouver soi-même et comprendre ses valeurs, ses choix de vie pour le futur.

De grands moments de partage !

A Gloria Do Goita l’équipe a animé un atelier de construction d’éolienne low-tech à partir modèle inventé au Sénégal. Les étudiants ont été très impliqués dans la construction de cette low-tech qui, comme on nous l’a expliqué, pourrait aussi trouver son utilité ici pour électrifier des habitations rurales ou, plus original, pour éclairer les chantiers de réhabilitation agricole qu’entreprend la mairie.

Samedi, les deux professeurs du SERTA, Roberto et Sebastiao sont venus visiter le bateau. Ils nous ont complimentés, mais en bons professeurs aussi beaucoup critiqués. Des conseils très instructifs, nous avons du pain sur la planche…

Nous avons appris que :

  • Même si nos poules vont bien, il faut améliorer leur poulailler pour qu’elles soient vraiment heureuses : construire une vraie zone de loisirs et surtout mettre de la paille pour répondre à leur besoin vital n°3 après manger et boire : se gratter.
  • Nous pourrions améliorer le design de nos pales d’éoliennes low-tech (pour l’instant faite de tubes PVC coupés en biseau). le SERTA a une technique pour ça.
  • Il faudrait améliorer la serre.
    Comme l’a dit Roberto :
    “Il fait trop lourd ici pour moi. Et si nous humains ne nous sentons pas bien dans un endroit, les plantes non plus, c’est simple!”
    Il faut donc mieux ventiler et assombrir avec un tissu noir maillé comme on met dans toutes les serres ici. C’est qu’on est plus en Bretagne !
  • Le choux est beau mais beaucoup trop exigent en minéraux. Il cannibalise les autres plantes. Il faudrait l’enlever et le remplacer par quelque chose de plus “rustique”, moins consommateur. (Ce sera au grand désespoir des poules car c’est leur friandise préférée…)
  • Il faut que nous expérimentions les graines germées de haricots pour l’alimentation. On est dans le bon pays pour ça ! Le fameux feijao (dont il existe tant de variétés) peut germer en quelques jours et offrir une nourriture très riche.

En parallèle de nos activités avec le SERTA nous avons rencontré Ginaldo, qui développe l’elevage d’insectes comestibles au Brésil. L’usage est plus destiné à l’alimentation animale pour l’instant mais il espère bien  conquérir le cœur et le palais des brésiliens !

Les Low-Tech font leur show

Dimanche 1er Août : branle-bas de combat!

A l’occasion de la venue du Nomade des Mers et du 27ème anniversaire du SERTA, une grande exposition sur les low-tech dans a été organisée dans le centre ville à l’occasion de la Mostra de Récife (tous les premier dimanche du mois le centre ville est fermé au voiture et accueille des artisans et projets de la région). Nomade des Mers s’est retrouvé arrimé à « Marco Zero », au coeur de la ville, pour accueillir plus de 200 visiteurs. Les étudiants du SERTA nous ont beaucoup aidé pour animer les visites guidées en brésiliens, encore un immense merci à eux tous !

Nous serions bien restés un peu plus ici mais nous devons déjà repartir pour notre prochaine escale à Rio. La météo de la suite de l’expédition nous presse.

Avant de partir nous voulons redire encore nos immenses remerciements au SERTA, ses professeurs et étudiants, au Yacht Club du Cabanga, et surtout à Laurent B, Noël et Johanna pour leur accueil et leur aide si précieuse ! Comme on dit ici : Abraços!

Marco Zero 3 (c) Elaine le Floch (GOB)

Escale au Cap Vert : Cap sur l’hydroponie et la bioponie.

Nomade des Mers à Tarrafal

Nomade des Mers au mouillage dans la baie de Tarrafal, au Nord le l‘île de Santiago.

Dès l’arrivée en bateau près des côtes on est marqué par le paysage. Le Cap “Vert” est en fait couleur terre, montagneux et très sec ! Ici il ne pleut que 2 mois par an et ces terres de volcans, escarpées et rocailleuses ne laissent pas beaucoup de place à la verdure. C’est d’ailleurs ce qui rend l’agriculture très compliquée. Au Cap-Vert, seules 10% des terres sont cultivables et le pays est obligé d’importer 82% de ses denrées alimentaires.

Cap Vert

Comme bien souvent la contrainte pousse à la créativité. Depuis 20 ans les agriculteurs se mettent par exemple à l’agriculture en “goutte-à-goutte” qui a permis de valoriser de nombreux nouveaux terrains agricoles, produire de nouvelles variétés et représente désormais près de 50% de l’agriculture du pays.

Plus récemment, une autre innovation a émergé, la culture hors-sol ou hydroponie qui permet de cultiver sans terre et avec un minimum d’eau.Cette nouvelle technique, déjà utilisée industriellement dans de nombreux pays est intéressante pour le pays, comme le prouve L’INIDA (Instituto Nacional de Investigação e Desenvolvimento Agrário) centre de recherche agricole du Cap-Vert que nous avons rencontré.

Visite des serres de l’INIDA.
Dans de grandes serres les ingénieurs étudient la pousse des plantes avec différents engrais et créent des variétés résistantes et stables.

Mais le précurseur en matière d’hydroponie au Cap-vert, c’est surtout Sergio Monteiro Roque, entrepreneur hydroponique low-tech avec qui nous sommes venu travailler !

L’hydroponie populaire de Sergio Monteiro Roque

A Sao Domingo, Sergio exploite déjà 6 serres pour produire les salades qu’il fournit aux hôtels de Praïa.

IMG_5220

Serre de culture hors-sol de Sergio Monteiro Roque

De parents Cap-verdiens mais étant né au Brésil, Sergio a décidé de ramener cette technologie au pays dans ses valises il y a 15 ans. Quelques financements étatiques et internationaux (FAO, BAD) lui ont permis de créer les premières serres, sans sophistication mais efficace. Pour l’instant, Sergio cultives de la salade, des herbes aromatiques et des fraises qui intéressent surtout les hotêls. Ses productions sont un peu plus chère que celles en terre mais plus qualitatives.

En plus de développer son activité, Sergio est aussi formateur en hydroponie pour les agriculteurs qui souhaitent passer à ce système.

Le souhait de Sergio est de développer une hydroponie “populaire”, accessible aux petits producteurs. Chez Sergio, pas de système d’arrosage automatique par exemple, c’est avec l’arrosoir à l’ancienne !

Dans un système hydroponique, les plantes poussent dans des bacs sur un substrat (mélange de terre volcanique au fond et tourbe au-dessus) qui sert juste à ce que leurs racines puissent s’accrocher. Les nutriments (minéraux) sont apportés dans l’eau avec laquelle les plantes sont arrosées. L’eau en trop est récupérée pour un prochain arrosage ce qui permet au final à Sergio d’utiliser trois fois moins d’eau que la culture en terre tout en nécessitant un espace plus restreint. Sergio assure également que la pousse en hydroponie est beaucoup plus efficace, 45 jours pour faire pousser les salades au lieu de 60 jours en terre.

Sergio nous a installé un système low-tech à bord !

Dans le cockpit à l’arrière, le système est aussi très simple : des demi tubes PVC remplis du même substrat que dans les serres de Sergio : tourbe au-dessus et roche volcanique en dessous pour laisser s’écouler l’eau. Pour l’instant nous avons planté des salades et du persil mais dès que possible il faudra les remplacer par des légumes feuilles qui contiennent plus de nutriments et sont plus intéressant pour notre alimentation et l’autonomie. Aussi, nous allons essayer de trouver un autre substrat que la tourbe qui est une matière organique fossile peu renouvelable.

Nous avons hâte de voir tout ça pousser, et surtout de les déguster !

En venant au Cap-Vert nous avions deux objectifs : installer un système hydroponique low-tech mais aussi savoir s’il était possible de fabriquer des engrais pour hydroponie entièrement faits-bateau… la réponse est oui !

Le biofiltre pour des engrais 100% à base de matières organiques

Thomas Blangille est passioné d’hydroponie mais surtout de bioponie (concept de William Texier, contraction d’hydroponie et de biologique). Il travaille pour General Hydroponics, notre entreprise partenaire.

Thomas Blangille

Thomas nous a appris à construire un “biofiltre” c’est à dire une technologie capable de faire de l’engrais qu’on peut utiliser en hydroponie. Cette solution qui permet de produire des engrais à base de déchets organiques est intéressante car elle permet de remplacer les engrais de type “minéraux” habituellement utilisés pour l’hydroponie et qui proviennent de mines et sont donc non renouvelables (phosphore, soufre).

Le biofiltre est un genre un lombricompost amélioré, démonstration :

Dans la couche supérieure un lombricompost produit un jus de compost qui passe dans un second niveau où il est digéré par un champignon (trichoderma).
De l’eau venant de l’étage du bas est remontée grâce à une petite pompe (branchée sur notre éolienne low-tech) et lessive le mélange pour obtenir une solution d’engrais minéraux assimilables par les plantes en hydroponie.

Tous ces systèmes sont en route mais on ne sait pas encore ce qu’ils vont donner, pour savoir en temps réel ou nous communiquer vos idées, suivez nous ici ou sur Facebook !

Escale à Toubacouta, fabrication de charbon vert anti-déforestation avec Nebeday.

Après une riche escale à Dakar nous avons repris la mer vers le Sud puis le bolong du Saloum pour nous enfoncer au coeur du Sénégal, jusqu’à Toubacouta. Une navigation très agréable au milieu de la mangrove et tout ses oiseaux…

ndm sur l'eauNomade des Mers entre dans le delta du Saloum

Ici, nous sommes venus rencontrer l’association Nebedaye qui travaille, entre autres, sur la fabrication de charbon vert à base de paille pour remplacer le charbon de bois dont la fabrication est responsable d’une grande partie de la déforestation, au Sénégal comme dans le monde.

Au Sénégal, on déforeste l’équivalent de 300 terrains de football par jour, principalement pour faire du bois de chauffe puis des terrains agricoles avec des conséquences directes sur la biodiversité, le climat et la vie des villages environnants.

Jean Goepp, fondateur de l’association Nebedaye

 

Rencontre avec l’association Nebedaye

Nebeday mène plusieurs programmes pour protéger l’environnement local, toujours en collaboration avec les habitants de la région : protection de forêt à gestion communautaire, opréations de reforestation (opération 100 000 arbres qui débute en Juin), revalorisation de variétés locales comme le morenga aux grandes qualités nutrtionnelles, et développement du charbon vert (ou biocharbon). C’est cette dernière innovation, à fort pententiel économique, social et écologique que nous sommes venus étudier !

Programme Charbon Vert

Toute cette affaire est très bien organisée. Le charbon vert est produit en village et vendu en ville, là où le charbon est le plus consommé.

Les acteurs de sa tranformation et vente sont principalement des femmes, organisées en GIE (groupement d’intérêt économique). Un peu comme une coopérative cette organisation permet de mutualiser les coûts et les recettes. En général, les femmes font partie de plusieurs groupements (fabrication de produits d’hygiène comme les huiles ou savons, récolte de légumes, transformation de moringa) ce qui permet de limiter les variations de revenus liées à la saisonnalité et aussi d’organiser la vie autour des activités quotidiennes de manière plus flexible.

Cuisine au charbon vert : plus lent mais plus sûr.
Cuisine au charbon vert : plus lent mais plus sûr.

Les femmes de la filière consomme toutes le charbon qu’elles produisent. Cependant, comme avec toute innovation de ce genre, l’activité de vente met un peu de temps à décoler car le charbon vert est une nouvelle habitude à prendre pour les consommatrices.

Témoignage du GIE de Kaolack :
« Moins calorifique que le charbon de bois, il faut l’apprivoiser pour qu’il fonctionne bien. L’avantage du charbon vert en revanche et qu’il dure plus longtemps, revient un peu moins cher, ne risque pas d’exploser à la cuisson et surtout, permet de sauver un peu la forêt ! »

Étapes de fabrication du charbon vert :

1. Récolte de la paille dans les champs.

recolte paille

2. La paille est mise dans des fûts en métal pour être carbonisée.

fut

3. Le feu est mis dans le tonneau puis celui-ci est refermé et bouché avec du sable mouillé pour créer une combustion sans oxygène.

carbonisation

4. Le poussier est mélangé à de l’eau argileuse puis mis à sécher.

5. Arrivé en ville, le poussier est de nouveau mélangé à de l’eau de manière à former une pâte qui pourra être pressée.

pâte

6. La pâte de charbon est pressée manuellement puis empaquetée pour être vendue.

Nous avons fait l’acquisition d’un réchaud à charbon pour la cuisine à bord et espérons prochainement faire notre propre production de charbon vert. Nous vous tiendrons informés 😉