Archives pour la catégorie à bord

Vie de Mousse

C’est un secret pour personne, je suis le moins expérimenté à bord. C’est vrai que face au curriculum d’Yvon et Corentin peu font le poid, mais avec mes deux uniques aller-retour aux Glénans même les poules ont plus de miles au compteur. C’est donc avec un mélange d’excitation et d’appréhension que je quitte Durban dimanche matin. On m’avait prévenu qu’il fallait deux jours environs pour s’amariner, c’est le cas. Le bateau file à 7 nœuds de moyenne avec un vent de travers sur une mer assez formée. Mes tripes ont tiennent bon, mais impossible de lire, d’écrire ou de me concentrer sur quoique ce soit, alors quand mon quart n’exige pas que je sois sur le pont, je suis dans ma banette, je dors ou j’écoute de la musique. Peu à peu la frustration de ne rien pouvoir faire laisse place au bonheur de gouter à cette oisiveté oubliée depuis mon entrée dans la vie active. La vie à bord est douce, Corentin jongle avec une habileté déconcertante entre bricolage et manœuvres sous le regard d’Yvon, haussant parfois les sourcils face aux méthodes peu orthodoxes du capitaine. Hugo et Elina se croisent au rythme de leur relève de quart et se chamaillent gentiment comme si ils étaient d’une même fratrie.

Depuis mardi ça va beaucoup mieux et l’ex-parisien hyperactif que je suis s’est plié au rythme lent de la navigation. Il faut dire que le vent a refusé (arrive petit à petit de face) tout en mollissant. Nous filons donc maintenant au près (presque face au vent) à 3 nœuds. Un coup de pétole nous même accordé le privilège de piquer une tête au beau milieu de l’océan. Entre temps, les quarts me permettent d’admirer la pleine lune et le soleil du petit matin. C’est précieux de pouvoir laisser son esprit vagabonder pendant deux heures sans interruptions, sans internet, ni facebook.

Nous profitons du temps disponible pour faire le bilan de l’escale en Afrique du Sud : 2 low-tech documentées, 5 présentations dont ont profité 130 personnes, 1 atelier, 1 compétition low-tech sur l’éclairage avec Schneider Electric à Johannesburg, 2 ambassadeurs recruté ainsi qu’une structure relai. On a pas chômé ! Nous commençons également à organiser l’escale suivante : destination Tuléar, ville principale du sud du pays qui dans notre cas porte bien son nom. Il proviendrait d’une phrase répondue par un Malgache à un marin cherchant où accoster : « Toly eroa ! » (Mouillez là-bas !). Nous allons y étudier la spiruline (cette micro-algue très nutritive que Corentin et Elina bichonnent à bord) auprès de l’entreprise Equitalgue et de LA spécialiste de la région, la docteur Vola. Autre particularité du coin, à 37km au sud de la ville vivent les « Vezo », une ethnie de pêcheurs que l’on surnomme les « nomades de la mer », alors forcément, ça attise notre curiosité.

Nous devrions arriver à Tuléar d’ici dimanche, hâte de relancer la machine et de découvrir ce nouveau pays. Mais en attendant je continue à profiter de cette nouvelle vie de mou(sse).

Louis-Marie

Miss monde, omelette et fruits sec

Salut à vous,

Cap sur Madagascar! L’escale à Durban était rapide. Ville pas très sexy. Mis à part le fait que Miss Monde 1959 était Durbanaise, c’est l’un des plus gros ports d’Afrique, 3.5 millions d’habitants, forte criminalité – il ne faut pas s’y risquer la nuit.

Nous avons débarqué Clément, équipier super efficace qui nous a accompagné depuis Rio et à qui on doit nos superbes volets de serre embruns-proof sur charnières inox. Puis nous avons ré-embarqué Elina, Louis-Marie et Hugo après leur tour fructueux à la recherche des low-tech d’Afrique du Sud.

LA nouvelle extraordinaire de la semaine vient du poulailler. Elles pondent à nouveau tous les jours !!! Ce n’était pas arrivé depuis la tempête de l’Atlantique Sud il y a plus d’un mois. Malgré tous nos efforts pour améliorer leurs conditions de vie et de travail, les négos avec le syndicat restaient tendues et stériles. J’avais entendu dire que mettre un oeuf dans le nid les stimulait. Il y a une semaine j’ai donc posé un gros oeuf Sud Africain daté du jour bien en évidence dans le poulailler. De quoi les rendre jalouses. Mais le lendemain il avait été piétiné, le jaune répandu dans la paille. Un signe évident de provocation. Alors pourquoi ce changement brutal? Avec les histoires de ponte il faut remonter 10 jours en arrière, car c’est le moment où l’oeuf commence à se former dans le ventre de la poule. Or 10 jours -jour pour jour- avant ce premier oeuf nous avons célébré l’inauguration du nouveau poulailler téléscopique ! Je peux vous dire que j’en suis très fier, tel une Valérie Damidot de la basse-cour. La paix est donc revenue dans l’équipage. En ce moment nous les faisons participer à une expérience. Nous avons mis un bac dans le poulailler où nous jetons nos déchets organiques. Elles y mangent ce qui leur plait, grattent et remuent le tout et y apportent des fientes. Chaque semaine nous vidons ce contenu dans le compost, pour que les vers et les champignons continuent à dégrader la matière jusqu’à la transformer en délicieux compost. En théorie cette contribution des poules devrait accélérer le compostage et l’enrichir d’azote.

Il y a quelques mois nous avons organisé un challenge low-tech avec l’entreprise Leroy-Merlin. C’est l’équipe « Pimp my Fridge » qui l’avait remporté avec son système de conservation des fruits et légumes. En ce moment nous testons leur déshydrateur solaire. L’idée est de conserver nos fruits et légumes en gardant le maximum de leurs propriétés nutritives. Cette low-tech nous intéresse car on estime que dans le monde 45% des fruits et légumes produits sont perdus! Une des techniques de conservation est de retirer l’eau de l’aliment. Une fois sec, il n’intéresse plus les bactéries, champignons et autres micro-organismes.

Pour ça il y a 2 voies connues :

  • la lyophilisation : il faut congeler l’aliment entre -40 et -80 degrés pour transformer son eau en glace, puis faire passer cette glace directement à l’état gazeux (« sublimation ») à base température. L’aliment devient sec et poreux comme une éponge, il se conserve donc longtemps et se réhydrate vite quand on lui ajoute de l’eau. Mais ce procédé est difficile à reproduire dans notre monde low-tech.
  • le séchage : procédé utilisé depuis toujours, il s’agit de sécher l’aliment entre 35 et 65 degrés pour éliminer le principal de son eau en gardant au maximum ses propriétés nutritives. C’est cette technique qu’a utilisée l’équipe Pimp my Fridge.

Notre déshydrateur est composé de 2 chambres : l’une vitrée et exposée au soleil permet de chauffer l’air, qui passe dans la 2eme chambre où les tranches de fruits et légumes sont étalés sur des grilles, avant de s’évacuer par une ouverture. La semaine dernière je l’ai testé sous un ciel couvert. Echec cuisant (c’est une expression). Mais le soleil est de retour, nous relançons donc les essais avec des tranches de banane, champignons et pommes. Résultats à suivre.

Nous devrions atteindre Madagascar d’ici 3 jours. Nous avons hâte de découvrir cette île qui parait être le pays de la débrouille et du système D!

Vive les low-tech.

Corentin

Poulailler téléscopique & Vagues scélérates

Arrivé à Cape Town, Nomade des Mers n’aurait surement pas passé le contrôle technique. 3 cloisons fissurées, le poulailler branlant, une pièce défoncée à l’avant… On a passé une semaine à bricoler, manger, bricoler, manger… On a maintenant un bateau et un moral taillés pour braver des tempêtes. En plus le fameux skipper Yvon Fauconnier nous a rejoint à bord pour nous guider jusqu’à Madagascar. Et grande nouveauté : un poulailler télescopique. En cas de mauvais temps on peut le refermer comme le nid des marsupilamis. Elles ont même une « sable de bain » flambant neuve (une poule se nettoie dans le sable, on dit qu’elle « s’ébroue »). Elles ont eu la chance de voir des otaries faire des sauts à quelques mètres d’elles. Malgré leur attitude je-m’en-foutiste-rien-ne-m’étonne-depuis-que-j’ai-vu-des-baleines, je pense que cette rencontre les a marquées.

Pour être efficaces dans cette étape rapide en Afrique du Sud nous avons monté la stratégie « Blitzkrieg » : Elina, Louis-Marie et Hugo sont partis par la terre à la découverte des low-tech du pays, pendant qu’avec Yvon et Clément nous faisons le tour par la mer avec le bateau. Rendez-vous à Durban autour du 12 novembre. On a largué les amarres jeudi. Yvon connait bien ce coin qui peut être sportif. C’est ici qu’il y a l’une des plus fortes densités au monde de vagues scélérates. Comme son nom l’indique la vague scélérate n’est pas sympa. Elle est beaucoup plus haute que les autres et très verticale comme un mur d’eau gigantesque. Les conditions qui les font apparaitre sont les vagues croisées, les courants forts et les tempêtes. Ici tous ces paramètres sont souvent rassemblés. Ces scélérates peuvent faire plus de 30 mètres de haut dans les cas extrêmes et des forces pour lesquels même les cargos ne sont pas dimensionnés. De quoi télescoper le nouveau poulailler…

Mais pour l’instant c’est sans encombre que nous avons passé le Cap de Bonne Espérance, puis le Cap des Aiguilles. Bonne Espérance est le plus connu. Après avoir été nommé « cap des tempêtes » il a été renommé pour donner espoir aux marins sur la route des Indes. Mais c’est le Cap des Aiguilles qui est le point le plus Sud de l’Afrique et la séparation entre l’Océan Atlantique et Indien. A nous l’eau chaude et les tropiques, la serre va exploser de verdure !

En attendant nous optimisons les low-tech embarquées : la dernière version de  l’éolienne que nous avons conçue à Dakar tourne à fond (la vidéo tuto sera bientôt en ligne). Les nouveaux systèmes  d’hydroponie sont quasiment prêts à recevoir les plants semés après la tempête. Le nouveau process mis en place pour l’élevage des ténébrions est maintenant bien rodé. Les poules participent à une grande expérience de recherche pour notre compost. Plus de détails dans le prochain épisode….

Corentin

Transatlantique Sud en images

Coup de vent d’Histoire-Géo

23 octobre 2016

Après une nuit tumultueuse, avec des vents allant de 45 à 52 nœuds, on se réveille tous fatigués mais tout de même heureux de voir le bateau à peu près en ordre. Cette petite tempête on l’avait bien préparée ! Une fois que le vent fut calmé aux alentours de 10h, on a pu commencer les activités ! En quelques mots aujourd’hui c’est : nouvelle agencement du carré par Corentin, tutoriel du rouet plastique par Hugo, cuisine par Clément dont un crumble aux pommes par moi. La journée s’est terminée sur un exposé sur l’Afrique du Sud.

Tout d’abord, l’Afrique du Sud, c’est une histoire compliquée mêlant les Néerlandais, puis les Anglais qui empiètent le territoire des Zoulous. Si l’Afrique du Sud attire autant de nos jours c’est surtout pour ses innombrables richesses naturelles : l’or (40% des réserves mondiale), le charbon et les diamants. L’apartheid établi par les descendants des Néerlandais en 1934, instaure une séparation géographique, politique et économique des blancs et des noirs. Un grand défenseur de l’égalité des peuples : Nelson Mandela, fut condamné en 1963 puis libéré en 1990, un an avant l’abolition des dernières lois de l’apartheid. Au niveau économique, l’Afrique compte parmi l’une des trois premières puissances économiques du continent Africain. Pourtant on retrouve l’Afrique du Sud qu’au 121ème rang mondial du classement de l’IDH en 2012. Si on devait retenir qu’une phrase de ce pays où nous débarquons bientôt ce serait : un énorme pays, pourvu d’une grande diversité autant naturelle que culturelle, mais où malheureusement les inégalités ethniques sont encore bien marquées.

Elina.

Greenwich

Aujourd’hui nous avons passé le méridien de Greenwich et somme dorénavant en longitude Est. Pas de changement apparent à bord, mais c’est l’occasion d’avoir une pensée pour les anciens systèmes de repérage en mer. En effet si aujourd’hui le GPS nous place aisément sur une carte de l’ordinateur de bord, la navigation hauturière n’a pas toujours été aussi simple. Loin des côtes, il n’existe plus de repère terrestre. Il faut se fier au ciel. Le soleil le jour et les étoiles la nuit. Le méridien de Greenwich est la référence zéro qui permet de découper virtuellement la terre en quartier d’orange. Ce sont les longitudes. Complété par le système des latitudes qui découpe la terre par cercles parallèles à l’équateur, nous obtenons un quadrillage qui permet de donner une coordonné à chaque point du globe. La navigation astronomique permet de se positionner sur ce quadrillage grâce à trois outils : Une montre précise, un sextant et les tables de référence des positions du soleil par rapport au méridien de référence de Greenwich. Aujourd’hui ce système qui demande quelques calculs et une bonne pratique pour être précis est trop peu connu des navigateurs que nous sommes. Nous nous contentons des informations du GPS, qui utilise d’ailleurs toujours le découpage du globe en longitude et latitude pour nous positionner.

A bord nous avons repris la marche tranquille vers Le Cap. La météo se montre favorable et nous avançons bien, tout en ayant assez de confort pour pouvoir améliorer le bateau. Les poules semblent reprendre du poil de la bête et nous commençons à espérer revoir des œufs. Corentin s’occupe de réaménager la serre avec un nouveau système d’hydroponie et les différentes avaries du bord semblent durablement solutionnées. Nous commençons à préparer notre arrivée au Cap sans doute fin de semaine prochaine. D’ici là il nous reste encore 800 miles d’océan à faire passer sous nos étraves…

Clément

Homard m’a tuer

Tristan da Cunha est une charmante petite aire de repos sur le périphérique du monde. Ne pas louper la bretelle, c’est la seule entre les sorties Rio et Cape Town. Parfait pour se réapprovisionner en eau douce et patates.

Un volcan de 2000 mètres d’altitude et des falaises tout autour. Sur la côte nord, une plaine un peu vallonnée recouverte d’herbe bien grasse, coupée par quelques ruisseaux et broutée par des centaines de vaches et de moutons. C’est là que les 300 Tristanais ont planté leur village, un clocher, un pub et une épicerie. Ça ressemble au village des hobbits dans le Seigneur des Anneaux. La différence c’est que jamais le méchant Soron ne viendra les déranger avec ses histoires d’anneaux. Difficile d’imaginer plus isolé. Pas d’aéroport, juste un bateau de pêche qui passe à peine une fois par mois. Parmi les quelques voiliers qui passent dans la région, seuls les plus chanceux tombent sur un temps assez calme pour s’ancrer. Autant dire que leur économie ne repose pas sur le tourisme. D’ailleurs je pense que notre passage a marqué le pic de fréquentation touristique de l’année.

Tous justes débarqués on a été reçus par Léo, jeune scientifique français dont le travail est de surveiller les ondes sismiques qui touchent l’île. On a pu déployer nos jambes (sur le bateau on n’a pas du parcourir plus d’1 kilomètre en 17 jours) et il nous a fait découvrir Tristan. Coté low-tech c’est un peu décevant. La gestion de l’énergie, de la nourriture, et des déchets n’est pas très inspirante. Mais c’est passionnant de comprendre comment une communauté si isolée fonctionne (nous allons écrire un article  à ce sujet).

Nous sommes restés 2 jours, puis le vent s’est levé et nous avons du lever l’ancre. Escale mémorable aussi niveau gastronomique. Moi qui fais l’expérience d’être végétarien depuis 4 mois, j’ai du faire une petite entrave. Enfin une grosse… La veille de notre départ était un jour de pêche de homards, spécialité de l’île. Un succès : la meilleure prise de la saison. Erik, qui est comptable-pêcheur-agriculteur-dépeceur de homards nous en a offert une caisse pleine. Plusieurs kilos. Depuis on en mange à toutes les sauces. Comme un sportif qui se dope, j’espère que ça ne se verra pas à la prochaine prise de sang et que Véro, le médecin qui nous suit, n’y verra que du feu…

Tenez bon la barre.

Corentin

Compagnons de route

Depuis notre départ, nous sommes accompagnés de quelques compagnons de route. Les oiseaux sont les plus assidus et les plus nombreux, ils occupent en permanence notre sillage dont ils se décrochent parfois pour venir à l’avant du bateau et se laisser rattraper pendant qu’ils exécutent quelques vols planés à faible distance, comme pour  regarder ce qu’il se passe à bord. Ni mouettes, ni goélands, ce sont des labbes, des océanites, et des albatros. Ce dernier, emblème des mers du sud, a fini par nous faire l’honneur de sa présence après 7 jours de mer. Depuis il  en passe régulièrement à fière allure avec leur envergure de plus de 2m. Les habitants des eaux se montrent moins souvent mais nous avons été accompagné plusieurs jours par des exocets. Quelques un se sont échoués sur le pont. Nous avons aussi eu la surprise d’y ramasser des calamars ! Après un petit temps d’observation nous avons fini par les voir qui sautent à la verticale hors de l’eau comme des fusées. Surement une technique qui tout comme l’exocet lui permet d’échapper à un prédateur. Evidemment retomber sur le pont les mets à la merci des prédateurs que nous sommes. Les calamars sont bon, les exocets sont trop joli, on les relâche…
Côté cétacés nous sommes déçus. Il est juste passé un petit banc de dauphin un matin. Mais ils ne sont pas resté suffisamment pour que tout le monde les voient.
Espérons que le tableau des observations se complète par la suite. Nous essayons d’être attentifs, mais les bricolages, réunions d’équipes et lowtechs nous éloignent souvent des postes d’observation.
Avec Hugo nous prévoyons de pêcher autant par soucis de découverte que pour améliorer le quotidien.
A suivre…

Clément

Du pain et des voeux

Après une pluie accablante ce matin, nous avons enfin vu le soleil cette après-midi ! Pour l’occasion Clément nous a cuisiné un pain pour le goûter ! Quel plaisir d’humer l’odeur du pain chaud, tout juste sorti du cookstove !

Alors comment faire du pain sans four :

Essai n° 1 : Mettre une assiette à l’envers dans une casserole et le pain dessus. L’essai fut décevant, le feu était bien trop fort, le pain n’a pas eu le temps de monter. Niveau gustatif, très bon le pain, avec beurre et confiture, c’était parfait ! De prime, l’assiette est entièrement carbonisée, ce qui lui donne un  côté plus moderne et devient une marque distinctive. Mais l’objectif cuisson n’étant pas atteint, Clément n’a rien lâché, ce soir c’est pizza !

Entre deux plats, les poules se baladent dans le cockpit, l’occasion pour elles comme pour nous de sécher avec le peu de soleil que nous offre la journée.

A la nuit tombée commence l’essai n°2 :
Mettre les braises en dessous, c’est-à-dire dans le compartiment utilisé habituellement pour récupérer les cendres. La pâte, quant à elle, reste au dessus dans une casserole. Le feu est ainsi plus éloigné de votre pâte et logiquement la température moins élevée. La levure a donc le temps de s’activer et votre pâte gonfle d’avantage. Essai réussi ! Quel plaisir de manger bien et surtout chaud ! Merci Clément. C’est en équivoque, le meilleur cuistot à au moins 200 milles à la ronde. C’est-à-dire au moins jusqu’à Tristan !

Côté systèmes low-tech, la diversité de mon potager a été prise en photo sous tous les angles. Prochaine mission : reconnaissance des inconnus du potager. Quant à déjà fameuse « Ora Pro Nobis » dont je vous avais déjà parlé, j’ai pu la repiquer dans un pot plus grand, pour qu’elle puisse prendre ses aises. Les graines germées se portent à merveille et j’essaie d’améliorer le système. D’ailleurs si vous avez des idées, n’hésitez pas à nous en faire part. La spiruline quant à elle, est toujours en stand-by, bien rangée depuis la tempête, elle est difficile d’accès… par contre l’article technique sur celle-ci avance à grand pas !

C’est donc autour d’une pizza que nous terminons cette journée, tout en laissant notre imagination divaguer autour de Tristan da Cunha… Avec à peu près 260 habitants dont un policier, comment s’organisent-ils ?… Dans deux jours environ, nous serons fixés.

Elina