Cinecyclo : Makers entrepreneurs

Des génératrices Made in Sénégal pour du cinéma itinérant à vélo.

Nous sommes arrivés à Dakar le 10 avril pour travailler avec les makers de Dakar sur la construction d’une éolienne en matériaux locaux et de récupération. Deux semaines d’ateliers de bricolages intenses et productifs !

Les ateliers prennent place dans le cadre du Festival AFROPIXEL#5 créé par l’association Ker-Thiossäne (voir articles 1 & 2)

Alors que nous bloquons sur un point technique (impossible ici de trouver des aimants assez puissants pour fabriquer une génératrice) on nous recommande de rencontrer les gars d’un projet local « Cinécyclo » apparemment experts de la question des génératrices de récup….

C’est parti ! Avec Pierre Alain, nous nous sommes rendus à la rencontre de Cédric (Chargé de développement du projet) et Iba (cofondateur et ingénieur en chef) à l’atelier de ce dernier.

CineCyclo, une équipe de jeunes qui fabriquent des vélos générateurs d’électricité avec lesquels ils partent faire des projections de films dans tout le Sénégal.

Après avoir discuté quelques minutes avec Pierre Alain (et lui avoir donné l’idée du siècle pour notre génératrice : à savoir récupérer une dynamo de scooter comme on en trouve plein ici), Iba et Cédric ont branché en un rien de temps leur système de vélo pour diffuser un petit film explicatif de l’historique du projet :

Comment est venue l’idée ?

Au départ, la rencontre improbable au Sénégal d’un passionné de vélo, de makers, de cinéphiles.

CineCyclo est né il y a 2 ans à l’initiative d’un jeune français : Vincent Hanrion qui s’était mis en tête de réaliser un tour du Sénégal à vélo pour faire des projections de films dans les campagnes. Rapidement, ici on l’a orienté vers Iba, électronicien de formation, connu ici pour être un super bidouilleur, en particulier de génératrices à base de récup qu’il fabrique déjà. Iba et plusieurs jeunes dakarois sont séduit par l’idée ! Le besoin est aussi important à Dakar où les cinémas sont passés de 40 à 6 en l’espace de 20 ans transformés en ruines ou des supermarchés.

En quelques mois ils prototypent ensemble un vélo relié à une génératrice capable de projeter un film et organisent la première diffusion à Dakar qui rencontre un franc succès !
Ensuite, les choses s’accélèrent, ils créent l’association CinéCyclo, l’équipe s’étoffe, notamment avec l’arrivée de Cédric, passionné de cinéma et qui travaille déjà pour SOON et Mobiciné au Sénégal. Ils trouvent des partenaires  et organisent plusieurs projections à Dakar et ses alentours. Alors que Vincent part pour son tour du Sénégal à pédales , les gars continuent l’activité ici à Dakar.

Comment voyez-vous évoluer l’association ? Quelle est l’ambition ?

Pour l’instant CineCyclo fonctionne avec des bénévoles, les « Cinecyclistes », qui se mobilisent pour faire des projections un peu partout. Ils organisent les campagnes de communication à l’avance et la logistique de l’événement est simple : on ramène les vélos et hop !

 

Le but pour CineCyclo est de faire les plus de projections possibles dans le plus d’endroits possible.

En Amérique du Sud aussi, deux français ont démarré un tour du continent : c’est CineCyclo Panamerica

L’objectif de CineCyclo est aussi d’étoffer son catalogue. Pour l’instant ils diffusent en priorité des films sur leur aventure, d’animation pour les enfants, mais également des films africains et de sensibilisation (sur la pratique de l’agriculture sans pesticides par exemple).

projection cincecyclo

En parallèle de ces activités, Cédric et Iba veulent continuer aussi le développement de génératrices en récup’ qui permettraient de répondre au manque d’accès à l’électricité au Sénégal.

Rappelons que seuls 33% des 10 millions d’habitants du Sénégal ont accès à l’électricité avec un taux de couverture 10% en milieu rural. L’électricité est aussi très chère ici, beaucoup plus que dans les autre pays d’Afrique de l’Ouest.

Des petites génératrices bon marché qui peuvent être fixées sur des manivelles, éoliennes, pourraient permettre à tous de produire une réserve d’électricité pour s’éclairer, recharger des téléphones, faire marcher radio, télé,  etc…

Les bénéfices issus de la vente de ces génératrices (à des ONG et particulier) permettraient de financer les projections de films : un Social Business qui tourne !

Actuellement Iba peaufine le produit, une petite génératrice low-cost, nommée « Made in Senegal » et Cédric la stratégie. L’objectif est de pouvoir lancer une commercialisation en 2017.

Quels sont vos challenges? Comment peut-on vous aider ?

Le principal challenge de CineCyclo aujourd’hui est de penser la bonne stratégie de développement pour remplir les 3 objectifs :

  • Culturel : Pérenniser l’action de projection (financements, formation d’équipe cycliste)
  • Economique et social : Vendre des génératrices qui permettent de pallier au manque d’électrification et bénéficie aux populations (éclairage de vie et pour l’éducation, rechargement mobile, etc.)
  • Environnemental : sensibilisation aux enjeux du développement durable au Sénégal.

Un modèle complet de Social Business!

Pour les plus motivés, vous pouvez prêter vos mollets en fondant une équipe Cinécyclo dans votre région !

Pour les mises en relation, CineCyclo est en plein démarrage. Ils recherchent donc des partenaires économiques (fondation, bourse) mais aussi les premiers clients pour ces génératrices.

Enfin, si vous n’avez pas tout ça, la communication n’est pas de refus, via un partage de cet article par exemple  😉

Contacter Cédric : senegal@cinecyclo.com